marron

marron

1. marron [ marɔ̃ ] n. m.
• 1532; d'un rad. préroman °marr- « caillou »; cf. marelle
I
1Fruit comestible du châtaignier cultivé. châtaigne. Dinde aux marrons. Crème, purée de marrons. Entremets, gâteau aux marrons. mont-blanc. Marchand de marrons, qui fait griller des châtaignes en plein air et les vend chaudes aux passants. Chaud les marrons ! Marrons glacés : châtaignes confites dans du sucre (confiserie).
Loc. (par allus. à la fable de La Fontaine « Le Singe et le Chat ») Tirer les marrons du feu : se donner de la peine pour le seul profit d'autrui.
2Par anal. Marron d'Inde : graine non comestible du marronnier d'Inde. Les « marrons luisants que l'on revoyait tomber tous les ans, marrons d'Inde cachés parmi les feuilles jaunes » (B. Vian) .
3 Adj. inv. (1765) De couleur brune ou rouge-brun (d'un marron). Des yeux marron. brun. Des écharpes marron clair. havane. N. m. Elle porte souvent du marron. Des marrons foncés.
II(1752) Techn. Jeton servant à contrôler la présence d'une personne (gardien, soldat, ouvrier...) à son poste de travail. « toutes les heures un marron devait tomber dans toutes les boîtes clouées aux portes » (Hugo). III(1881) Fam. Coup de poing (sur le marron :la tête). beigne, châtaigne. Sa mère « lui avait tant distribué de marrons qu'il en sentait encore les bleus » (Queneau). marron 2. marron, onne [ marɔ̃, ɔn ] adj.
• 1640 mot des Antilles; altér. de l'hispano-amér. cimarron « esclave fugitif »
1Anciennt Esclave, nègre marron, qui s'est enfui pour vivre en liberté. Les « Noirs marrons, qui avaient tué les maîtres et brûlé les champs de canne » (Le Clézio).
2(1819) Qui se livre à l'exercice illégal d'une profession ou à des pratiques illicites. clandestin, véreux. Médecins, avocats marrons.
marron 3. marron [ marɔ̃ ] adj. inv.
• 1855; de 2. marron
Refait, privé de ce qu'on attendait. On est encore marron !

marron nom masculin (mot lyonnais, d'un radical préroman marr-, caillou) Fruit de certaines variétés de châtaignier. (Les marrons sont mangés rôtis ou bouillis ou servent à confectionner des purées, des entremets et, en confiserie, des marrons glacés.) Couleur brun-rouge. Populaire. Coup de poing : Encaisser un marron. Artifice constitué par un cube ou un cylindre en carton, qui renferme de la poudre en grains. (Son explosion rappelle le bruit d'une châtaigne sur le feu.) Pochoir servant au marquage des emballages. ● marron (difficultés) nom masculin (mot lyonnais, d'un radical préroman marr-, caillou) Sens Bien que souvent employés l'un pour l'autre, marron et châtaigne désignent deux fruits différents. Le marron, fruit du marronnier (comes-tible), ou du marronnier d'Inde (non comestible), est seul dans sa cupule. La châtaigne, fruit du châtaignier, est divisée en plusieurs amandes comestibles (trois, le plus souvent). ● marron (expressions) nom masculin (mot lyonnais, d'un radical préroman marr-, caillou) Marron d'Inde, graine non comestible du marronnier d'Inde. Tirer les marrons du feu, courir des risques pour le profit des autres. ● marron adjectif invariable De couleur brun-rouge. ● marron adjectif invariable (de marron) Populaire. Être marron, être trompé dans son attente. ● marron (difficultés) adjectif invariable Sens et accord Ces trois adjectifs ont des sens bien différents et ne s'accordent pas de la même façon. 1. Marron, adjectif de couleur, est invariable : des chaussures marron. Voir grammaire : noms de couleur. 2. Marron, onne adj. (= qui exerce sans titre ou aux marges de la légalité) s'accorde en genre et en nombre : des avocats marrons, des infirmières marronnes. Remarque L'emploi au féminin est rare. 3. Marron adj. inv. (= dupé, attrapé, refait, en argot) est invariable. « Autrement, c'est nous qu'on serait marron dans la commande »(E. Bourdet). ● marron (expressions) adjectif invariable Copie marron, copie noir et blanc positive, impropre à la projection, tirée sur un support de teinte bistre (d'où son nom). ● marron (difficultés) adjectif invariable (de marron) Sens et accord Ces trois adjectifs ont des sens bien différents et ne s'accordent pas de la même façon. 1. Marron, adjectif de couleur, est invariable : des chaussures marron. Voir grammaire : noms de couleur. 2. Marron, onne adj. (= qui exerce sans titre ou aux marges de la légalité) s'accorde en genre et en nombre : des avocats marrons, des infirmières marronnes. Remarque L'emploi au féminin est rare. 3. Marron adj. inv. (= dupé, attrapé, refait, en argot) est invariable. « Autrement, c'est nous qu'on serait marron dans la commande »(E. Bourdet). ● marron (expressions) adjectif invariable (de marron) Populaire. Être marron, être trompé dans son attente. ● marron (homonymes) adjectif invariable (de marron) maronne forme conjuguée du verbe maronner maronnent forme conjuguée du verbe maronner maronnes forme conjuguée du verbe maronner marrons forme conjuguée du verbe se marrermarron, marronne adjectif (mot français des Antilles, altération de l'hispano-américain cimarrónom) Dans l'Amérique coloniale, se disait d'un esclave fugitif. Qui exerce une profession (libérale) dans des conditions illégales : Médecin marron. Aux Antilles, clandestin, illégal. ● marron, marronne (difficultés) adjectif (mot français des Antilles, altération de l'hispano-américain cimarrónom) Sens et accord Ces trois adjectifs ont des sens bien différents et ne s'accordent pas de la même façon. 1. Marron, adjectif de couleur, est invariable : des chaussures marron. Voir grammaire : noms de couleur. 2. Marron, onne adj. (= qui exerce sans titre ou aux marges de la légalité) s'accorde en genre et en nombre : des avocats marrons, des infirmières marronnes. Remarque L'emploi au féminin est rare. 3. Marron adj. inv. (= dupé, attrapé, refait, en argot) est invariable. « Autrement, c'est nous qu'on serait marron dans la commande »(E. Bourdet). ● marron, marronne (expressions) adjectif (mot français des Antilles, altération de l'hispano-américain cimarrónom) Amateurisme marron, en sport, professionnalisme non avoué. ● marron, marronne (homonymes) adjectif (mot français des Antilles, altération de l'hispano-américain cimarrónom) maronne forme conjuguée du verbe maronner maronnent forme conjuguée du verbe maronner maronnes forme conjuguée du verbe maronner marrons forme conjuguée du verbe se marrer

marron, onne
adj.
d1./d HIST Esclave, nègre marron, fugitif et réfugié dans une zone peu accessible, dans les colonies d'Amérique.
d2./d Qui exerce sans titre ou en marge de la légalité. Courtier, avocat marron.
|| (oc. Indien) Se dit de produits prohibés. Alcool marron.
d3./d (oc. Indien) Se dit d'une plante ou d'un animal sauvage. Café marron. Chat marron.
————————
marron
n. m. et adj. inv.
rI./r
d1./d n. m. Fruit comestible d'une variété de châtaignier.
Marron glacé, confit dans du sucre.
|| Loc. fig. Tirer les marrons du feu: prendre de la peine ou des risques au seul profit d'un autre.
d2./d adj. inv. De la couleur du marron (brun-rouge). Des yeux marron.
|| n. m. Le marron vous va bien.
rII./r Fam.
d1./d n. m. Coup de poing.
d2./d adj. inv. être marron: être attrapé, dupé. Il m'a fait marron.

I.
⇒MARRON1, subst. masc.
A. — Fruit comestible de certaines variétés de châtaigniers, plus volumineux que la châtaigne, de forme arrondie, enveloppé dans une capsule épineuse, et dont l'écorce lisse est de couleur brun-roux. Marrons bouillis, braisés, rôtis; crème, purée de marrons; gauler, ramasser des marrons. On servit (...) une dinde blanche pleine de marrons confits dans du vin (MAUPASS., Contes et nouv., t.2, Lég. Mt St-Michel, 1882, p.1255). Parfois (...) il apportait à Rainette, en hiver, des marrons grillés, en été, un bouquet de cerises (ROLLAND, J.-Chr., Buisson ard., 1911, p.1305):
1. On fait cercle autour du feu (...) et, entre les chaises, le chat et le chien de la maison, intéressés par l'éclatement des marrons poussés sous la cendre chaude, après avoir été fendus. Et la veillée commence.
PESQUIDOUX, Chez nous, 1923, p.117.
Marrons déguisés, glacés.
Chaud les marrons!
Marchand de marrons. Marchand qui, en hiver, fait griller des châtaignes, des marrons, dans la rue afin de les vendre aux passants. Il avait appelé d'un signe un marchand de marrons, installé en face, dans une étroite guérite (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p.741).
Expr. fig.
1. [P. allus. à la fable de La Fontaine Le Singe et le chat] Tirer les marrons du feu (pour qqn). Entreprendre une action difficile, risquée, pour le seul profit d'autrui, sans bénéfice personnel. Les révolutions se font toujours de la même manière, par des niais qui s'imaginent travailler pour eux-mêmes et qui tirent les marrons du feu pour les autres (MÉRIMÉE, Lettres ctesse de Montijo, t.2, 1869, p.360):
2. Quand nous aurons, sur notre sol français, une solide armée américaine pour prendre la relève, alors nous pourrons souffler un peu, et attendre en spectateurs que l'Amérique nous tire les marrons du feu!
MARTIN DU G., Thib., Épilogue, 1940, p.807.
2. Pop. Synon. châtaigne, gnon. Donner, flanquer un marron. Donner un coup de poing. Encaisser un marron. Recevoir un coup de poing. Il m'avait pris par le bras pour me faire sortir de force, alors je lui ai mis un marron (COURTELINE, Client sér., 1897, 3, p.58). Jacques (...) descend un de ses adversaires d'un direct au menton (...) les types protestent. On est pas ici pour recevoir des vrais marrons, ça n'est plus du jeu (QUENEAU, Loin Rueil, 1944, p.164).
B.P. anal.
1. [de couleur] Couleur de marron, en appos. couleur marron. D'un ton brun-roux rappelant celui de l'écorce des marrons. Un homme de moyenne taille (...) vêtu d'un caban de couleur marron (GAUTIER, Fracasse, 1863, p.319). On serrait la classique couverture sur le coussin, derrière la selle couleur de marron d'Inde (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p.415).
Emploi adj. inv. Costume, redingote, pardessus marron; drap, lainage marron. L'autre [petit chat] n'est, des oreilles à la queue, que zébrures pain brûlé sur champ marron très clair, comme une fleur de giroflée (COLETTE, Mais. Cl., 1922, p.245). Une mère énorme, en robe de soie marron (CAMUS, Étranger, 1942, p.1138):
3. ... elle voyait tout autour d'un front chauve une broussailleuse couronne de cheveux blancs et dans une belle figure brune, deux yeux marron clair, gais et honnêtes comme ceux d'un chien.
GREEN, Journal, 1928-34, p.269.
Rem. Certains aut. considèrent que marron est devenu un véritable adj. et l'accordent avec le subst. qu'il qualifie. Si les acteurs sont bien à gauche et au bord vous verrez leurs pourpoints marrons (JACOB, Cornet dés, 1923, p.213). Ma pauvre abeille, tu crois que tous les yeux sont gris. Il y en a des bleus, des marrons, des verts et des noirs (SARTRE, Mains sales, 1948, 3e tabl., 1, p.60).
2. [d'aspect]
a) Domaine des sc.
BOTANIQUE
Marron de cochon. Racine du cyclamen. (Dict. XIXe s.).
Marron d'eau. Fruit de la macre. (Dict. XIXe et XXe s.). Synon. châtaigne d'eau.
Marron (d'Inde). Graine arrondie, brune et luisante du marronnier d'Inde, qui n'est pas comestible et entre dans des préparations pharmaceutiques. Extrait de marron d'Inde. Alcoolature stabilisée de marron d'Inde (Codex, Nouv. Suppl., 1908, p.4). Avec un bruit de pierre lancée à travers les branches, un marron d'Inde tomba de l'arbre et s'écrasa sur le sol (CHARDONNE, Épithal., 1921, p.428).
Marron noir. Variété d'agaric. (Dict. XIXe s; ds QUILLET 1965).
ZOOL. Marron épineux. Variété de coquillage. (Dict. XIXe et XXe s.). Synon. chame.
b) Domaine techn.
HIST. DE LA COIFFURE. Grosse boucle de cheveux arrondie et nouée d'un ruban. Le père de mon ami, en habit de droguet à fleurs et en perruque à marrons, était assis (JOUY, Hermite, t.4, 1813, p.252).
PYROTECHNIE. Pétard cubique ou cylindrique constitué d'une boîte de carton remplie de poudre en grains, et dont la détonation évoque l'éclatement d'une châtaigne sur le feu. (Dict. XIXe et XXe s.).
TECHNOL. Grumeau, noyau coagulé dans une table de plomb mal fondue, dans une pâte mal pétrie, dans une pierre à chaux. (Dict. XIXe et XXe s.).
c) Jeton ou plaque de métal numéroté(e) qui servait à vérifier le passage régulier d'un surveillant, d'un gardien chargé d'effectuer une ronde, ou la présence à son poste d'un employé, d'un ouvrier. [Le sergent] introduit un marron dans la boîte (VIDAL, DELMART, Caserne, 1833, p.194):
4. ... un surveillant de ronde, qui inspectait le dortoir d'en bas du bâtiment-neuf, au moment de mettre son marron dans la boîte à marrons, — c'est le moyen qu'on employait pour s'assurer que les surveillants faisaient exactement leur service; toutes les heures un marron devait tomber dans toutes les boîtes clouées aux portes des dortoirs...
HUGO, Misér., t.2, 1862, p.57.
d) Arg. Marron (sculpté). Visage, personne grotesque. (Ds DELVAU 1866). Quand tu donnes ce que tu appelles (...) une soirée à tes marrons sculptés d'amis (quelle collection!) — est-ce que je ne me dépense pas? (DURANDEAU, Civ. et milit., 1878, p.6).
REM. Marronner, verbe trans., coiffure, vx. Coiffer (les cheveux) en grosses boucles. La coiffure la plus récente et de meilleur goût inventée par les femmes d'abord et qui vient d'être adoptée par les hommes, est formée par des boucles «marronnées» toutes égales (STÉPHANE, Art coiff. fém., 1932, p.148).
Prononc. et Orth.:[], [-]. Timbre [] au contact de r et ,,parce que la prétonique (...) est initiale`` (MART. Comment prononce 1913, p.35). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1526 «fruit du marronnier» (C. GRUGET, Les Diverses leçons de Pierre Messie, p.888); 1640 loc. tirer les Marrons du feu avec la patte du chat (OUDIN Curiositez); 2. 1718 Marrons d'inde (Ac.); 3. 1706 couleur de maron ([D. A. DE BRUEYS], L'Avocat Pathelin, 1715, sc. 3, p.13); 1750 Maron nom de couleur (J. HELLOT, L'Art de la teinture des laines, p.485). B. 1. 1680 coiffure (RICH.); 2. 1752 pyrotechnie (Trév.); 3. id. «jeton que les personnes chargées de faire une ronde devaient déposer dans une boîte pour marquer leur passage» (ibid.); 4. 1764 maron roti «sorte de limaçon de mer» (VALMONT DE BOMARE, s.v. limaçon); 5. 1777 «noyau non calciné d'une pierre passée au four à chaux» (Encyclop. Suppl.); 1782 «grumeau dans la pâte à pain» (Encyclop. méthod. Arts et métiers t.1, p.281b). C. 1821 arg. «des coups, de la bagarre» emploi partitif (ANSIAUME, Arg. Bagne Brest, f° 6 v°, § 67: Prens toutes tes Baioffes [armes à feu], car il pourra bien y avoir du marron); 1881 «coup au visage» (RIGAUD, Dict. arg. mod., p.244). Empr. à l'ital. marrone «grosse châtaigne comestible» (dep. début XIVe s., CENNE DE LA CHITARRA ds BATT.; cf. lat. médiév. marro, -onis, 1176, doc. de Côme ds Nov. gloss.), prob. dér. d'un rad. prérom. marr- «pierre, rocher», att. de l'Italie au Portugal, particulièrement dans les Alpes et les Pyrénées (v. J. HUBSCHMID ds Romanica Helvetica t.41, pp.52-57). Le mot a prob. pénétré en fr. par la région lyonnaise (v. K. BALDINGER ds Mél. Gardette (P.). 1966, p.61). Fréq. abs. littér.:149. Bbg. DAUZAT (A.). Notes lexicol. Fr. mod. 1954, t.22, pp.84-88. — HOPE 1971, pp.209-210. — MACK. t.2 1939, p.201. — QUEM. DDL t.17. — TERRACINI (B.). Problemi di etimologia preromana. Archivio glottologico italiano. 1954, t.39, pp.120-141.
II.
⇒MARRON2, -ONNE, adj.
A.Vieilli
1. [En parlant d'un animal domestique] Qui, s'étant échappé, est retourné à la vie sauvage. (Dict. XIXe et XXe s.). Cheval, cochon marron.
2. P. anal. [En parlant d'un esclave noir des colonies d'Amérique, notamment] Qui s'est enfui dans les bois afin de vivre en liberté. Négresse marronne. Des pâtres farouches (...) subsistant de brigandages comme les noirs marrons des colonies modernes (MICHELET, Hist. romaine, t.2, 1831, p.223). Qu'a fait cet esclave? — Maître, il arrive de la geôle, il s'était enfui marron (SUE, Atar-Gull, 1831, p.22):
1. ... dans une chasse contre un nègre marron, à travers la forêt, à un moment convenu, chaque membre de la troupe suspend son fusil aux lianes (...). Mais la halte ne dure que quelques secondes, la poursuite est reprise avec acharnement et le hallali ne tarde pas à résonner.
LAUTRÉAM., Chants Maldoror, 1869, p.262.
Emploi subst. Au temps où m'enfuyant chez les marrons de l'île, Il n'était pas pour moi d'assez obscur asile (LAMART., T.Louverture, 1850, V, 2, p.79). Mais qui me touchait au coeur (...), c'était une vieille marronne des Antilles qu'on eût dite coiffée de peaux de bananes (JAMMES, Mém., t.3, 1923, p.65).
B. — Qui exerce une profession illégalement ou dans des conditions irrégulières. Avocat, médecin marron. Dans cette crise, il préférait avoir affaire au coulissier marron lui-même plutôt qu'au député son garant (GIRAUDOUX, Bella, 1926, p.192). La faillite d'un petit banquier marron auquel la vieille avait confié presque tout son avoir (DANIEL-ROPS, Mort, 1934, p.270):
2. Il faut être franc dans ce siècle-ci: lorsqu'on est bien persuadé qu'on ne peut être ni médecin, ni avocat, ni banquier, ni évêque, ni courtier-marron, ni ministre, enfin lorsqu'on a l'intime conviction qu'on n'est bon à rien, on peut se faire poète...
MUSSET ds Le Temps, 1831, p.22.
Emploi subst. La Rotonde est envahie par les marrons qui font ce qu'on appelle des affaires (JOUY, Hermite, t.3, 1813, p.136).
IMPR., arg. ,,Ouvrier compositeur travaillant pour son propre compte chez un maître imprimeur`` (BOUTMY, Typogr. paris., 1874, p.44).
P. méton. Ouvrage imprimé clandestinement. (Ds BRUANT 1901, p.75).
REM. Marron(n)age, (Marronage, Marronnage)subst. masc. Action, pour un esclave, de s'évader; état d'esclave marron. Des esclaves qui s'échappent et qu'alors on appelle marrons n'usent pas même de représailles: car le marronnage, c'est-à-dire la fuite, n'est qu'une conséquence du droit le plus légitime (H. GRÉGOIRE, De la Noblesse de la peau, 1826, p.66 ds QUEM. DLL t.14). La tactique du marronage, reprise dès 1801, sans Toussaint Louverture, par les masses d'anciens esclaves, est à nouveau en vigueur [en Haïti]: repli vers les zones et activités vivrières, réorganisation de structures nouvelles de solidarité, volonté d'exprimer la révolte autrement que par un exode qui dévore une partie des forces vives du pays sans apporter la solution à la misère (A. JACQUES ds Le Monde, 29 août 1981, p.4, col.2). Exercice illégal d'une profession. (Dict. XIXe et XXe s.).
Prononc. et Orth.:[], [-], fém. [-]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1. a) 1640 «échappé et redevenu sauvage (d'un animal domestique)» (BOUTON, Relation de l'establissement des François en l'isle de la Martinique, p.69 ds ARV., p.334: pourceau maron); b) 1658 Nègre Maron (ROCHEFORT, Histoire naturelle et morale des Isles Antilles de l'Amérique, p.322, ibid., p.335); 2. 1762 subst. masc. «personne qui exerce une profession sans titre» (CHEVRIER, L'Observateur des Spectacles, n° I [I, 21] ds Fr. mod. t.37, 1969, p.127). Mot à l'orig. en usage dans les Antilles françaises, empr. au caraïbe mar(r)on «sauvage (animal, plante)», issu par aphérèse de l'esp. cimarron, proprement «élevé, montagnard» d'où, p. ext., «animal domestique échappé et redevenu sauvage» et «indien fugitif» (1535, OVIEDO ds COR.-PASC.; cf. aussi Cimaroni en 1579 dans une trad. fr. d'un texte ital., v. KÖNIG, p.145). Le sens d'«esclave nègre fugitif» semble être une création des colons, née aux Antilles, due à une compar. des Noirs échappés avec les animaux domestiques devenus sauvages après s'être enfuis dans les montagnes». Voir ARV., pp.334-336. Bbg. ARV. 1963, pp.334-336. — BOULAN 1934, p.79. — HENSCHEL (B.). Qq. dat. nouv. du 18e s. Fr. mod. 1969, t.37, p.127. — MONNOT (R.). Dat. nouv. Fr. mod. 1952, t. 20, p.225. — QUEM. DDL t.1, 6.
III.
⇒MARRON3, adj.
Arg. [Dans des expr.]
Faire, paumer (vx), servir (vx) qqn marron. Le surprendre, l'arrêter. C'est un factionnaire à double face, et si vous vouliez me laisser agir contre lui, je le paumerais marron (je le prendrais en flagrant délit) en huit jours (BALZAC, Splend. et mis., 1847, p.645).
Être marron; être fait, paumé (vx), servi (vx) marron. Être pris sur le fait, être arrêté. Tonorgue tapissier aura été fait marron dans l'escalier (HUGO, Misér., t. 2, 1862, p.181).
Faire (qqn) marron. Abuser, tromper. (Ds SIMONIN, J. BAZIN, Voilà taxi! 1935, p.218).
Être marron. Être dupé, victime. Sûrement qu'il était marron avec des gangsters semblables! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p.684). N' pouvant y fourrer [dans les carafes de la cigogne] l' bec, le renard fut marron (MARCUS, Quinze fables, 1947, p.5).
Prononc.:[]. Étymol. et Hist. 1. 1811 marron paumé «pris sur le fait, en flagrant délit» (d'apr. ESN.); 2. 1855 marron «attrapé, trompé» (d'apr. ESN.). Orig. incertaine. Un rapprochement avec l'expr. rôti comme un marron «qui est sorti du jeu» ou «qui n'a plus d'argent» (1752, LE ROUX), hyp. proposée par ESN., semble peu convaincant. Il est préférable de voir dans le mot une extension de sens de marron2; par l'intermédiaire de l'expr. être paumé marron «être appréhendé comme un esclave fugitif»; cf. REY-CELLARD. De nos jours être fait marron a perdu son sens premier au profit de celui de «dupé, trompé», peut-être en raison d'un rapprochement avec l'expr. être chocolat.
STAT.Marron2 et 3. Fréq. abs. littér.:310. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 194, b) 571; XXe s.: a) 523, b) 527.

1. marron [maʀɔ̃] n. m.
ÉTYM. 1532; mot d'origine lyonnaise, d'un rad. préroman marr- « caillou ». → Marelle.
———
I
1 Fruit comestible du châtaignier cultivé. Châtaigne. || Marrons bouillis, grillés. || Dinde (farcie) aux marrons. || Crème, purée de marrons. || Entremets, gâteau aux marrons. Mont-blanc.Marchand de marrons, qui fait griller des châtaignes en plein air et les vend toutes chaudes aux passants. || Chaud les marrons !Marrons glacés : châtaignes confites dans du sucre (confiserie). || Acheter une boîte de marrons glacés à la confiserie.
1 (…) un dindon farci de saucisses ou de marrons de Lyon.
A. Brillat-Savarin, Physiologie du goût, t. I, p. 100.
2 Je ne puis pas (…) me rappeler ces vers (…) sans revoir l'Auvergnat soufflant dans un sac de papier et sans sentir à mon côté la chaleur de la poêle où rôtissaient les marrons.
France, le Livre de mon ami, « Livre de Pierre », X.
tableau Noms de fruits.
(1648). Loc. Tirer les marrons du feu : s'exposer à des risques, se donner de la peine pour le seul profit d'autrui (par allus. à la fable de La Fontaine Le Singe et le Chat).
3 Aussitôt fait que dit : Raton avec sa patte,
D'une manière délicate,
Écarte un peu la cendre (…)
Tire un marron, puis deux, et puis trois en escroque.
Et cependant Bertrand les croque.
La Fontaine, Fables, IX, 17 (→ Jeu, cit. 59).
4 (…) le peuple se lassait de payer aux bourgeois les marrons qu'il tirait des cendres, en se brûlant les pattes (…)
Zola, l'Assommoir, t. I, IV, p. 136.
2 (1718). || Marron d'Inde : graine non comestible du marronnier d'Inde (abusivement considérée parfois comme un fruit). || Emploi thérapeutique de la teinture ou de l'intrait de marron d'Inde.
4.1 Le bruit d'un marron d'Inde éclatant sur le sol me procure le même contentement qu'autrefois : on dirait que là-haut, dans les feuilles, un minuscule druide a coupé la tige juste à l'instant où vous passiez. La cosse verte se fend; un lutin acajou, bien ciré, en jaillit et sautille. Il est possible d'en capturer quelques-uns, qui perdent bientôt leur vivacité et leur éclat (…)
André Hardellet, Lourdes, lentes…, p. 88.
5 (…) j'ai vu, par exemple, introduire en médecine les extraits de marron d'Inde. Je me suis alors rappelé que les paysans périgourdins portaient un marron d'Inde dans la poche de leur blouse quand ils souffraient d'hémorroïdes, ce qui, je veux bien le reconnaître, est le comble de la discrétion thérapeutique.
G. Duhamel, Biographie de mes fantômes, X.
3 (1765). Par appos. || Couleur marron.De couleur brun ou rouge brun. || Habit marron (→ Landau, cit. 1). || Yeux marron. || Écharpe marron clair ( Bronze; havane).N. m. || Du marron. || Un marron foncé.
6 (…) le rosier n'ose encore que des surgeons d'un marron rose, d'une vivante couleur de lombric (…)
Colette, les Vrilles de la vigne, p. 57.
tableau Désignations de couleurs.
———
II Vx.
1 (1680). Grosse boucle de cheveux nouée avec un ruban.
2 (1752). Techn. Jeton ou plaque de métal numérotée servant à contrôler la présence d'un ouvrier à son poste de travail, le passage régulier d'un gardien, d'un soldat… chargé d'une ronde.
7 (…) au moment de mettre son marron dans la boîte à marrons; — c'est le moyen qu'on employait pour s'assurer que les surveillants faisaient exactement leur service; toutes les heures un marron devait tomber dans toutes les boîtes clouées aux portes des dortoirs (…)
Hugo, les Misérables, IV, II, II.
3 (1752). Techn. Pétard formé d'une boîte cubique de carton entourée d'une ficelle goudronnée.
4 (1782). Au plur. le plus souvent. Noyau coagulé dans une pâte mal pétrie, dans du plomb mal fondu. Grumeau.
———
III (1881). Fam. Coup de poing (sur le marron : la tête). Beigne, châtaigne.
8 (…) Ribouldingue qui ne se sent plus — en a-t-il de la veine ! — se rereprécipite sur sa victime et lui laisse tomber sur le portrait une collection de marrons qui n'ont rien de comestible et dont la saveur laisse à désirer.
L. Forton, les Aventures des Pieds-Nickelés, in l'Épatant, 1909, p. 52.
9 Allons, viens, toi, la grande brune, et il pensait à sa mère, morte aussi, et qui lui avait tant distribué de marrons qu'il en sentait encore les bleus, croyait-il.
R. Queneau, Pierrot mon ami, Folio, p. 15.
DÉR. Marronnasse, marronnier.
HOM. 2. Marron, 3. marron. — Forme du v. marrer (se).
————————
2. marron, onne [maʀɔ̃, ɔn] adj.
ÉTYM. 1640; mot des Antilles; altération de l'hispano-américain cimarrón « esclave fugitif ».
1 Anciennt. || Esclave marron, qui s'est enfui dans les bois pour y vivre en liberté.
0 (…) une négresse marronne se présenta sous les bananiers qui entouraient leur habitation (…) Elle se jeta aux pieds de Virginie (…) et lui dit : « Ma jeune demoiselle, ayez pitié d'une pauvre esclave fugitive; il y a un mois que j'erre dans ces montagnes, demi-morte de faim, souvent poursuivie par des chasseurs et par leurs chiens. Je fuis mon maître, qui est un riche habitant de la Rivière-Noire : il m'a traitée comme vous le voyez. »
Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie, p. 31.
Par anal. (en parlant d'un animal domestique). Qui s'est échappé, a été abandonné et est revenu à la vie sauvage. || Cheval marron.
2 (1819, in D. D. L.). Fig. Qui se livre à l'exercice illégal d'une profession ou à des pratiques illicites au sein de cette profession. Clandestin, irrégulier. || Courtier, médecin marron.
DÉR. Marronner.
HOM. 1. Marron, 3. marron. (Du fém.) Formes des v. Maronner, marronner.
————————
3. marron [maʀɔ̃] adj. invar.
ÉTYM. 1855; de marron paumé (1811), paumé marron (1815); Esnault suppose comme origine rôti comme un marron, non attesté; paumer signifiant « attraper, prendre », on peut penser à 2. marron.
En attribut. a Attrapé, fait, refait.Être, être fait marron. || Il a été fait marron.
1 J'ai fait acheter par le planton un stock de gitanes, pour ne pas être marron en attendant la cantine.
A. Sarrazin, la Cavale, p. 12.
b Arrêté, appréhendé.
2 Sachant que même dans les secteurs autorisés et de surplus aux heures ouvrables, les filles se faisaient parfois emballer, aller faire la gracieuse sur les boulevards dénotait un certain culot. Faite marron, la délinquante descendait à Nanterre pour huit ou quinze jours et ce n'était pas rien.
M. Rolland, la Rouquine, p. 250.
HOM. 1. Marron, 2. marron.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Нужна курсовая?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • marron — 1. (mâ ron) s. m. 1°   Espèce de grosse châtaigne bonne à manger ; le marron est une châtaigne, c est à dire une graine de châtaignier, devenue unique dans le fruit par avortement des deux autres, et ayant pris accroissement en proportion de la… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • marrón — adjetivo,sustantivo masculino 1. Que es del color de la cáscara de la castaña: un mueble marrón, un vestido marrón. sustantivo masculino 1. Uso/registro: restringido. Piedra para jugar al marro. 2 …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • Marrón FK — Nombre (IUPAC) sistemático …   Wikipedia Español

  • Marrón HT — Nombre (IUPAC) sistemático …   Wikipedia Español

  • Marron — Mar*ron , n. [See {Maroon}, a.] [1913 Webster] 1. A large chestnut. [Obs.] Holland. [1913 Webster] 2. A chestnut color; maroon. [1913 Webster] 3. (Pyrotechny & Mil.) A paper or pasteboard box or shell, wound about with strong twine, filled with… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Marron — Marron, ein brauner Anilinfarbstoff, ist unreines Fuchsin …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Marron — Marron, s. Farbstoffe, künstliche organische, Bd. 3, S. 630 …   Lexikon der gesamten Technik

  • Marron — Marrōn, brauner Farbstoff; unreines, Phosphin enthaltendes Fuchsin …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Marron [2] — Marron, Maronneger, s. Maron …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Marron — Porté notamment dans l Ardèche et l Isère, devrait être un diminutif de Marre (voir ce nom) …   Noms de famille

  • marron — MARRON. s. m. Espece de grosse chastaigne. Marrons de Lyon. de gros marrons. un chappelet de marrons. rostir des marrons. On dit prov. Faire comme le singe, tirer les marrons du feu avec la patte du chat, pour dire, Obliger une personne à faire… …   Dictionnaire de l'Académie française

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”